Berlusconi après Ben Ali et Moubarak ?

Samedi dernier, à Rome (sur la fameuse Piazza del Popolo), dans d'autres villes italiennes (Milan, Turin, Gênes, Palerme, en tout 230 rendez-vous), européennes et mondiales (Paris, Lyon, Bruxelles, Madrid, Genève, Luxembourg, Berlin, Londres, Stockhom, Tokyo, Jakarta, New York, Washington, etc) , il semble que plus d'un million de femmes (et beaucoup d'hommes et de jeunes pour les soutenir) ait défilé en exprimant leur ras-le-bol du comportement de Silvio Berlusconi, le Président Du Conseil italien.

manif_femme_antiberlu_Bmanif_femme_antiberlu_Emanif_femme_antiberlumanif_femme_antiberlu_Cmanif_femme_antiberlu_D

"Nous sommes ici pour dire que les femmes ne sont pas toutes comme les prostituées de Berlusconi. C’est une image horrible, nous sommes la risée du monde"; "Ne m’appelez pas prostituée, je suis une esclave !"; "nous à Arcore, on n’y va pas !"ou "Indigne !" étaient quelque uns des slogans hurlés pour protester contre l'image de la femme véhiculée par le célèbre cavalière.

Son dernier "fait d'arme" est de risquer un procès pour avoir rétribué une jeune mineure (la fameuse Ruby) en échange de sa participation aux célèbres parties fines de sa résidence d'Arcore, près de Milan. On parle donc de "Rubygate" et le président du conseil risque gros dans cette affaire. Mais celle-ci n'est en fait que la énième histoire où Berlusconi est soupçonné de s'attacher les faveurs de (voire très) jeunes beautés tout en les rétribuant en postes politiques, cadeaux luxueux ou tout simplement en espèces . L'une des organisatrices des fameuses soirées d'Arcore, Nicole Minetti, est ainsi devenue conseillère régionale du Popolo Della Libertà (PDL) la coalition de partis au pouvoir.

Réponse de Berlusconi aujourd'hui même : "Il s'agit d'une mobilisation factieuse contre ma personne. C'est une honte. J'ai toujours eu des attentions vis-à-vis des femmes. La gauche chevauche tous les prétextes car elle n'arrive pas à gagner dans les urnes"...

A suivre...