C'est le seul vrai vainqueur des élections législatives italiennes des 24 et 25 février avec plus de 25% des voix à la Chambre des Députés et au Sénat : le comique-blogueur-acteur-agitateur génois Beppe Grillo (Giuseppe Piero Grillo de son vrai nom, donc Joseph Grillon en français...) et son "Movimento 5 Stelle" (Mouvement 5 étoiles). Lui et ce M5S, qui est devenu le 1er parti de la Chambre des Députés, ont finalement crée le tsunami espéré, empêché une vrai victoire de la gauche de gouvernement en mordant grandement dans son électorat, et in fine provoqué une réaction en chaîne chaotique sur les bourses internationales dès les résultats définitifs connus. La grande peur est que l'Italie soit -une fois de plus- ingouvernable et imprévisible...

Beppe GrilloBeppe Grillo 6Beppe Grillo 2Beppe Grillo 3Beppe Grillo 4

A 64 ans, celui qui se proclame le "Coluche italien" (il a d'ailleurs joué au côté de celui-ci dans "Le fou de guerre" de Dino Risi en 1985) est passé du statut de comique TV (fin des années 70 et années 80) à comique anti-establishment et anti-Berlusconi (années 90) et enfin à celui de trublion du paysage politique depuis 2007 avec la création du "V-Day" (V pour "Vafancullo" ou "Vas te faire f...") destiné à renvoyer la classe politique italienne corrompue et vermoulue "a casa". Il a toujours su utiliser habilement les médias italiens avec satire et ironie...Son blog officiel serait l'un des 20 plus visités au monde et la création du Mouvement 5 étoiles en 2009 est reconnu comme une expérience réussie de e-democratie, démocratie participative et utilisation parfaite des réseaux sociaux.

Après avoir remporté la mairie de Parme par surprise en 2012, via le tout jeune candidat Federico Pizzarotti, puis avoir réalisé une énorme percé en Sicile aux régionales la même année, il vient de mener en ce début 2013 une campagne revolutionnaire : Il n'a quasiment jamais donné d'interview, a refusé le débat, n'est pas apparu (volontairement) à la télévision. Préférant être présent en force sur les réseaux sociaux, il a également mené de main de maître -au cours d'un "Tsunami Tour"- des meetings populistes sur les places des petites ou grandes villes italiennes où il arrivait à bord d'un camping-car et haranguait telle une rock star la foule de plus en plus compacte. Pour Grillo, "M5S n'est pas un parti politique et n'entend pas le devenir dans le futur". Il ne se situe à gauche, ni à droite et veut la démocratie directe. La semaine de 20h00 de travail, le WIFI gratuit pour tous, le développement efficace des énergies renouvelables, la suppression des émoluments des députés mais aussi la sécurité et les mesures anti-immigration...sont quelques unes de ses propositions. Il pioche donc à gauche et à droite mais son principal cheval de bataille reste la lutte contre la corruption et les politiciens véreux. C'est certainement l'une des raisons majeures -avec le rejet de l'austérité, du trop d'Europe financière/pas assez d'Europe politique- du tsunami électoral d'hier. Le ras-le-bol des italiens ayant encore été accru par 2 récents scandales financiers majeurs (Monte Paschi et Finmeccanica).

Le paradoxe est que lui-même n'a pas été élu hier (il est inéligible depuis 1980 et sa condamnation pour homicide involontaire lors d' un accident de la route où ses 3 passagers perdirent la vie). Des centaines de députés et sénateurs surnommés les grillini vont donc devoir s'organiser et prendre des décisions concrètes comme une toute nouvelle force politique nationale...tout en étant de parfaits novices puisque la condition était de ne jamais avoir fait partie d'un parti politique !

Notons qu'en Sicile, les conseillers régionaux grillini ont parfois rejoint la gauche sur certains votes décisifs. En sera t'il de même pour le Parlement ? A suivre tout prochainement...